Monday, January 14, 2008

La graine et le mulet

D'habitude je ne fais pas ça, parler des films que j'ai vus, Mademoiselle Red fait ça bien mieux que moi.

Mais là, je fais une petite exception parce qu'il est tellement beau que j'en ai pleuré comme une majorette.

Alors voilà.

4 comments:

gi said...

Je ne suis pas sure qu'il arrive jusqu'à chez nous, si on bouge nous le verrons ailleurs, mais papa travaille!!!

Don J. said...

Rien à voir avec le couscous....mais au sujet des pleurs de majorette.
Rappelle-toi Barbara: une petite trattoria Porta Pia, des soirées irlandaises et nos chansons préférées...la vie chateaubriannaise quoi.

Voir un ami pleurer

Bien sûr il y a les guerres d'Irlande
Et les peuplades sans musique
Bien sûr tout ce manque de tendres
Il n'y a plus d'Amérique
Bien sûr l'argent n'a pas d'odeur
Mais pas d'odeur me monte au nez
Bien sûr on marche sur les fleurs
Mais voir un ami pleurer!

Bien sûr il y a nos défaites
Et puis la mort qui est tout au bout
Nos corps inclinent déjà la tête
Étonnés d'être encore debout
Bien sûr les femmes infidèles
Et les oiseaux assassinés
Bien sûr nos cœurs perdent leurs ailes
Mais mais voir un ami pleurer!

Bien sûr ces villes épuisées
Par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider
Et nos amours qui ont mal aux dents
Bien sûr le temps qui va trop vite
Ces métro remplis de noyés
La vérité qui nous évite
Mais voir un ami pleurer!

Bien sûr nos miroirs sont intègres
Ni le courage d'être juifs
Ni l'élégance d'être nègres
On se croit mèche on n'est que suif
Et tous ces hommes qui sont nos frères
Tellement qu'on n'est plus étonnés
Que par amour ils nous lacèrent
Mais voir un ami pleurer!

Toute personne normalement constituée ne peut écouter cette chanson sans chialer comme un veau. Et pourtant avoue que tu t'es bien marré...ça te pose pas question ça!?!

Don J.

Pedro said...

Je suis desolé mais parlez-vous l'Anglais parce-que je ne parle pas francais...

Did that come out the way I wanted it to?

:)

The Major said...

Gi: Il faut aller le voir absolument, n'importe où.

Don J. C'est ça l'esprit de fete, une chanson entrainante et les gens s'enflamment.

Pedro: it did indeed. Bien joué.